Quels sont les rendements des SCPI après imposition ?

Peu importe que vous prenez la décision d’investir en SCPI ou en immobilier traditionnel, l’objectif reste le même, c’est-à-dire réaliser des bénéfices à court terme. Avant de procéder à la réalisation d’un investissement quelconque, il vous faut procéder, d’abord à la réalisation du calcul de la rentabilité dans le but d’estimer autant que faire se peut votre investissement. A la faveur de la SCPI de rendement, vous pouvez percevoir des revenus complémentaires tous les mois. Découvrez le rendement des SCPI après imposition.

Qu’est-ce qu’une SCPI ?

Une SCPI ou Société Civile de Placement en Immobilier est en réalité un véhicule dont l’unique sujet est d’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier professionnel. La SCPI de rendement récupère de l’argent auprès des investisseurs dans le but de procéder au financement des biens immobiliers professionnels de qualité. Ensuite, la SCPI ou société civile de placement immobilier prend en charge la gestion du parc immobilier. Les loyers que la SCPI perçoit sont restitués aux investisseurs, les porteurs de parts, qui sont appelés associés de la SCPI. Le contrôle de la gestion est encadré par diverses entités, notamment l’AMF ou Autorité des Marchés Financiers,  l’assemblée Générale de la SCPI, le conseil de surveillance, l’évaluateur immobilier indépendant, mais aussi le commissaire aux comptes.

A voir aussi : Qu'est-ce qu'une SCI ?

Concrètement, une SCPI de rendement est, ainsi, une société civile de placement immobilier faisant appel aux épargnants afin d’acquérir des parts et réaliser des investissements dans des biens immobiliers dont la SCPI se charge de la pleine gestion. Les loyers que les occupants versent sont reportés sous forme de dividendes dont les frais de gestion sont déduits.

Quel intérêt pour la souscription d’une SCPI de rendement ?

Cet investissement permet de bénéficier de divers avantages. En effet, le rendement de la SCPI ou société civile de placement immobilier permet de faire prospérer votre épargne. En outre, cet investissement vous permet d’assurer votre patrimoine et ensuite de procéder au rachat des parts complémentaires en fonction de vos possibilités financières, et tout cela à coût modéré. Par ailleurs, avec un investissement dans une SCPI, vous n’avez rien à faire. En effet, la SCPI ou société civile de placement immobilier prend entièrement en charge la gestion. Et finalement, vous bénéficiez de placements diversifiés car l’investissement en SCPI le permet.

A lire aussi : Comment trouver les meilleurs programmes immobiliers dans le neuf ?

En termes de rendements, l’investissement dans une SCPI ou société civile de placement immobilier présente un rendement très aléatoire en fonction de l’investissement que vous réalisez. Généralement, vous pouvez escompter un rendement entre 4 et 6 %, ce qui permet de faire prospérer votre argent. Le rendement en question découle de la société civile de placement immobilier auprès de laquelle vous avez acquis vos parts, il dépend aussi des investissements de la société civile de placement immobilier ainsi que du montant des loyers ou du taux d’occupation des biens immobiliers.

L’imposition du rendement foncier et la situation du déficit foncier

Les souscripteurs de parts de SCPI reçoivent des bénéfices soumis aux impôts dans la catégorie des revenus fonciers. Dans le cas de bénéfice foncier, l’imposition est à votre tranche marginale d’imposition ou TMI. La TMI est le taux d’imposition de la dernière tranche de votre revenu.

La CSG peut être déduite du revenu imposable à hauteur de 6,8% du bénéfice foncier et autorise un abattement d’impôts selon votre tranche marginale d’imposition. Dans le cas d’un déficit foncier, il ne peut, théoriquement, être attribué que sur les revenus fonciers des 10 ans suivants. Toutefois, la loi permet l’imputation des déficits sur le revenu général qui résultent de quelques dépenses. Les déficits fonciers découlant de dépenses autres que les taux d’emprunts peuvent être imputés sur le revenu général dans la limite de 10 700 €. La fraction du déficit supérieure à cette limite et celle sui correspond aux taux d’emprunts ne sont imputables que sur les revenus fonciers des 10 prochaines années.

Le calcul du bénéfice ou déficit foncier taxable

Les contribuables disposent de deux possibilités afin de procéder à la détermination du résultat foncier soumis à la TMI ainsi qu’aux impôts sociaux. En effet, il y a le régime du micro foncier et le régime réel. Les contribuables bénéficiant d’un revenu inférieur à un montant défini sont assujettis  de plein droit à un régime d’imposition dénommé « micro foncier » qui parvient à n’imposer que 70% des recettes. Les contribuables peuvent, néanmoins opter pour le régime réel d’imposition des revenus fonciers. Le micro foncier peut être appliqué aux contribuables disposant d’un revenu brut foncier annuel qui soit inférieur à 15 000 € HT annuel.

En ce qui concerne les parts de SCPI, il est essentiel de percevoir d’autres revenus fonciers résultant de la location nue d’immeuble en direct afin de pouvoir adopter ce régime. En termes fiscal, la case 4BE de la déclaration 2042 doit être remplit en indiquant le montant des loyers annuels encaissés. L’administration fiscale pratique un abattement forfaitaire de 30% caractéristiques de l’ensemble des charges afin d’estimer l’assiette taxable à l’impôt sur le revenu.

Concernant les contribuables qui ne cadrent pas dans le champ d’application du régime micro foncier ou qui prennent la décision d’adopter l’application du régime réel d’imposition, le revenu foncier imposable à l’impôt sur le revenu équivaut chaque année à la marge entre le montant des recettes perçues et le total des charges libérées.

Ainsi, il y a deux catégories de charges, soit les charges d’exploitation et les charges financières. Les charges d’exploitations comprennent entre autres les dépenses d’entretien et les frais de gestion, tandis que les charges financières comprennent, entre autres, les frais de nantissement et les intérêts d’emprunts. L’Imprimé Fiscal Unique que les SCPI envoient chaque année aux porteurs de part développe le montant des charges libérées par la SCPI à déduire sur la déclaration 2044 des porteurs de parts. Pour l’acquisition de part de SCPI à crédit, les charges financières peuvent être déduites des loyers encaissés.

Le rendement des SCPI après imposition à l’impôt sur le revenu

Le rendement des SCPI ou société civile de placement immobilier dépend de votre tranche marginale d’imposition, ainsi, si ce dernier est faible, le rendement des SCPI est plus important. Dans le cas d’un contribuable hautement imposé, il est profitable de recourir à l’effet de levier, autrement dit un emprunt amortissable ou in fine selon la situation patrimoniale du contribuable, dans le but de soustraire les taux d’emprunts des loyers et amputer l’assiette taxable aux barème progressif de l’IR et aux impôts sociaux. Il est également intéressant de procéder à la souscription à des parts de SCPI européennes qui permettent d’alléger la fiscalité sur les loyers encaissés.

Comment procéder au calcul de la rentabilité d’une SCPI ?

Bien avant de procéder à l’investissement dans une SCPI, il est nécessaire d’appréhender la rentabilité que la SCPI de rendement destine. Par ailleurs, il est conseillé de lire les lignes du contrat que vous avez reçu afin de bien appréhender les chiffres et les conditions convenables. Dans le but de restreindre les risques d’erreurs, le calcul de la rentabilité d’une SCPI qui vous tente reste le moyen le plus simple.

La première étape consiste à calculer la rentabilité d’une SCPI à partir du TDVM. Dans le but de commuter la notion de chiffre d’affaires en 2012, le mode de calcul de TDVM communiqué par SCPI a pour nature de diviser les dividendes mensuels ou trimestriels que la SCPI paye aux partenaires par un prix d’acquisition aussi de chaque part, et tous frais compris.

De manière concrète, la rentabilité de la SCPI et la rentabilité de TDVM sont mesurées suivant une certaine formule. Cette formule, soit le dividende total ÷ le prix moyen d’achat des parts au 1er janvier de l’année en cours, est utilisée pour calculer les deux rentabilités. Quand le TDVM dégringole, il ne s’agit pas conséquemment d’un signe négatif de faible rentabilité. A contrario, cela constitue le signe que le cours de bourse de la SCPI a été revalorisé. Conséquemment, malgré le fait que le TDVM de SCPI est affaibli, cela ne veut pas dire qu’il est inefficace.

Il est aussi possible de procéder au calcul de la rentabilité d’une SCPI à partir du TRI. Etant donné que l’investissement dans une SCPI est un investissement de longue durée, il est important d’analyser sa chronologie afin de déterminer sa rentabilité. Dans le cas où vous désirez comprendre ses succès antérieurs, vous ne devez pas vous contenter d’analyser le dernier TDVM connu de SCPI. Etant donné que la durée d’investissement de la SCPI est de 10 ans, il est plus adapté de déterminer le Taux de Rendement Interne ou TRI.

Afin de procéder au calcul de la rentabilité de la SCPI depuis son TRI, vous devez réunir les dividendes et les différentes augmentations dont le partenaire a pu tirer parti depuis les 10 dernières années, ensuite diviser le résultat obtenu par 10 afin de recueillir le résultat annuel. Cet indicatif incarne mieux la pleine rentabilité que l’investissement SCPI peut vous procurer. Toutefois, ce principe simple doit toujours être pris en compte. Les succès antérieurs généralement ne conjecturent nullement les succès futurs.