Comment amortir une immobilisation ?

Lire également : Qui peut être exonéré de la taxe d'habitation en 2021 ?

A lire également : Faut-il faire de la défiscalisation 

Mémento IFRS n°s 31145 et 31146, édition 2021 à paraître et disponible en ligne sur le Navis Comptable Conso France/IFRS à partir de septembre 2020.

Par PwC, auteur du document IFRS Memento

RÉPONSE … L’événement Covid-19 peut avoir amené certaines entités à arrêter leur activité. Au cours de cette période, la question se pose de la poursuite du plan d’amortissement de leurs immobilisations. L’ANC, le CNCC et le CSOEC ont répondu à cette question dans leurs directives sur les répercussions de cette crise. En cas de cessation de l’activité, sauf que l’amortissement est basé sur un certain nombre d’unités de travail, l’amortissement des immobilisations incorporelles et corporelles ne peut être interrompu pendant la non-utilisation des actifs concernés, ni diminué en raison d’une utilisation réduite des actifs concernés. Dans une période de réduction temporaire ou de cessation d’activité, une entité peut être amenée à remettre en question la nécessité de réviser la la durée de vie utile et/ou la valeur résiduelle du bien. Toutefois, dans la pratique, un arrêt temporaire de l’activité ne devrait pas en soi constituer une raison suffisante pour modifier le mode d’amortissement.

L’ une des questions fréquemment posées dans le contexte de la crise actuelle est de savoir commentamortir une immobilisation pendant une période de réduction temporaire ou d’arrêt d’activité . En particulier, pouvons-nous cesser d’amortir l’actif pendant cette période ? Les plans d’amortissement devraient-ils être examinés et, dans l’affirmative, à quelles conditions ?

Pouvons-nous cesser d’amortir un actif pendant une période de réduction des effectifs ou d’arrêt temporaire ?

Non. Un arrêt ou une réduction d’activité (qui serait la conséquence d’une crise telle que la crise sanitaire connue en 2020) ne justifie pas l’arrêt de l’amortissement d’une immobilisation (IAS 16.55).

Pour rappel, un actif cesse d’être amorti lorsqu’il est classé comme non courant actifs et groupes d’actifs détenus en vue de la vente, selon les critères d’IFRS 5 (voir MIFRS 36951 s.), à la date de décomptabilisation lors du transfert (IAS 16.55) ou à la date de fin de leur utilisation (à la fin de la vie).

Toutefois, la charge d’amortissement peut être nulle pour les immobilisations amorties selon la méthode de l’unité de production, si aucune unité n’est produite au cours de cette période.

La non-utilisation prolongée de l’immobilisation et le déclin de la production peuvent constituer un indice de perte de valeur qui déclenche un test d’altération selon IAS 36 (voir MIFRS 35957).

Exemple ————————————————————————————————————————————

Exemple 1 Dans le contexte de la crise sanitaire liée à Covid-19, le gouvernement impose la fermeture des magasins de loisirs et le locataire C n’est donc pas en mesure d’ouvrir son magasin loué dans un centre commercial. Dans , l’accès au magasin est très limité et le locataire C n’est pas autorisé à effectuer des rénovations dans le magasin, ni d’utiliser le magasin comme un entrepôt pour leurs ventes en ligne. Toutefois, la propriété du locataire C reste entreposée sur les lieux. Le locataire C amortit ses actifs de « droit d’utilisation » sur une base linéaire pendant la durée du contrat de location, étant donné que c’est la méthode qui reflète le mieux la tendance de consommation prévue des avantages économiques futurs incorporés dans le contrat de location. Pour ce « droit d’utilisation », le facteur limitatif prédominant est la période pendant laquelle le locataire a le droit contractuel d’utiliser l’actif sous-jacent pendant la durée du bail.

Exemple 1 Solution Pendant la période de clôture, il ne serait pas approprié que le locataire C cesse l’amortissement de l’actif ou modifie sa méthode d’amortissement. L’amortissement ne cesse pas lorsque l’actif devient inactif ou est retiré de l’utilisation active en utilisant la méthode d’amortissement linéaire (IAS 16.55).

Exemple 2 Une compagnie aérienne a choisi de déprécier le moteur de son aéronef en fonction du nombre d’heures de vol.Cependant, depuis le début du confinement, 90 % de ces aéronefs sont cloués au sol.

Solution par exemple 2 La charge d’amortissement au cours de cette période sera nulle pour les moteurs des aéronefs qui n’ont pas volé.

——————————————————————————————————————————————————————————

Quelles sont les répercussions d’une période de réduction temporaire ou d’arrêt sur le plan d’amortissement d’une immobilisation ?

Il est nécessaire d’évaluer s’il y a lieu de modifier l’estimation en ce qui concerne la durée de vie utile, la valeur résiduelle et la méthode de l’amortissement. Un tel changement d’estimation n’est possible que si les conditions d’exploitation le justifient. Si un tel changement s’est produit, le changement est perçu de manière prospective, sans questionnant le passé.

Dans la pratique, un arrêt temporaire de l’activité ne devrait pas en soi constituer un motif suffisant pour modifier le mode d’amortissement, car il ne devrait pas modifier de façon significative la façon dont l’entité s’attend à consommer les avantages économiques futurs d’une immobilisation.

L’ estimation des temps d’utilité par rapport aux décisions de gestion devrait également être examinée (par exemple, lors d’un arrêt prévu de l’activité).

La durée de vie utile, la valeur résiduelle et la méthode de l’amortissement doivent être revues au moins à chaque fin d’année. Un tel changement, s’il se produit, est décrit comme un changement d’estimation, dont les impacts doivent être comptabilisés en avant, sans remettre en question le passé (IAS 16.51 et .61).

La norme précise qu’une modification de la méthode de l’amortissement n’est possible que s’il y a un changement important dans la façon dont l’entreprise s’attend à consommer les avantages économiques futurs liés à l’actif, voir ci – dessous.

Révision de la durée de vie pendant la période d’arrêt d’activité

Dans la pratique, la durée de vie utile peut être prolongée si une période d’arrêt (conséquence d’une crise telle que la crise sanitaire connue en 2020) prolonge la durée de vie de l’actif au-delà de son estimation initiale. Inversement, si l’entreprise décide d’arrêter l’activité dans un délai fixé (par exemple, la décision de fermer une usine dans un délai de deux ans), cette décision est susceptible de raccourcir la durée de vie utile des immobilisations avec une amortissement plus rapide. Il sera donc nécessaire d’examiner la durée de vie utile des immobilisations par rapport aux décisions de gestion.

Certaines décisions peuvent constituer un indice de perte de valeur entraînant la nécessité d’effectuer un test de dépréciation avant de réajuster la durée de vie utile.

Transition de l’amortissement linéaire au mode d’amortissement en fonction de la production

La méthode d’amortissement d’un actif doit refléter le taux auquel l’entité prévoit consommer des avantages économiques futurs liés à l’actif (IAS 16.60). La transition d’un mode d’amortissement linéaire à un mode d’amortissement en fonction des unités de production est possible en théorie, mais très limitative dans la pratiqueunités . Il convient de démontrer :

  • — il y a eu un changement important dans la façon dont l’entité s’attend à consommer les avantages économiques associés à l’actif. Il convient également de démontrer que le passage du temps, qui inclut l’obsolescence, a cessé d’être le principal facteur limitatif des avantages générés par l’immobilisation ;

Dans la pratique, un arrêt temporaire de l’activité ne devrait pas en soi constituer une raison suffisante pour modifier l’amortissement, car il ne devrait pas modifier sensiblement la façon dont l’entité s’attend à consommer les avantages économiques d’une immobilisation.

  • — soit que l’entité s’est dépréciée sous forme linéaire par simplification, parce que le résultat était proche du taux de consommation réel attendu des avantages économiques futurs, ce qui n’est plus vrai pendant les périodes d’arrêt d’activité.

En effet, un changement de mode d’amortissement serait possible si l’entité conservait jusqu’à présent l’amortissement linéaire comme moyen pratique d’approcher la méthode de l’unité de production, par exemple pour une entité qui a amorti un moteur d’avion en mode linéaire, ce qui pourrait alors justifier le passage à l’amortissement en fonction des heures de vol (dans la mesure où l’utilisation de la méthode linéaire n’a plus les mêmes effets que la méthode de l’unité de travail) (voir l’exemple 1 ci-dessous).

Lorsque l’activité est reprise, un retour ultérieur à l’amortissement linéaire ne devrait généralement pas être approprié.

Exemple ————————————————————————————————————————

Exemple 1 L’entité A est une compagnie aérienne. Le moteur d’un avion peut voler 5 000 heures avant d’être remplacé. L’entité prévoit utiliser toutes ces heures de vol avant le remplacement du moteur. Chaque avion parcourt la même distance d’une année à l’autre. L’entité a amorti les moteurs d’aéronef linéairement, puisque le mode d’amortissement linéaire est plus proche d’une amortissement basé sur le nombre d’heures de vol.

En raison d’une restriction globale de déplacement, l’entité doit arrêter ses aéronefs au cours du premier trimestre de l’année N. La date de levée de la restriction est inconnue.

Solution par exemple 1 L’entité réévalue le mode d’amortissement de ses moteurs d’avion à la fin du premier trimestre et considère que le mode d’amortissement linéaire n’est plus une bonne approximation de l’amortissement basée sur le nombre d’heures de vol.L’entité modifie le mode d’amortissement de ses moteurs d’aéronef afin de modifier le mode d’amortissement de ses moteurs d’aéronef en mode d’unités de production.

Après la fin de la période de restriction, il est peu probable que l’entité A puisse utiliser à nouveau le mode d’amortissement linéaire, car les unités de production continueront de refléter le mode de consommation des avantages économiques du moteur de l’avion.

Exemple 2 L’entité B possède et exploite une compagnie aérienne locale. Le moteur de l’avion peut voler 5 000 heures de vol avant d’être remplacé, ce qui couvrirait sept années de trajectoires de vol. Cependant, il est de la politique de l’entité de remplacer ses moteurs tous les cinq ans, quel que soit le nombre d’heures de vol.L’entité B détermine donc que les avantages économiques du moteur sont limités dans le temps, et la dépréciation Linear est la méthode la plus appropriée d’amortissement.

Au cours du premier trimestre de 2020, la flotte d’aéronefs de l’entité B a été arrêtée en raison des restrictions imposées à réduire la propagation de Covid-19. On ne sait pas quand ces restrictions seront levées. L’entité B considère toujours que la durée de vie du moteur est de cinq ans, conformément à sa politique actuelle de remplacement du moteur.

Solution de l’exemple 2 Étant donné que l’entité B a déterminé que les avantages économiques du moteur sont limités dans le temps, il ne conviendrait pas de passer à une méthode d’amortissement des unités de production. L’entité B devrait continuer d’amortir l’aéronef en mode linéaire pendant sa période au sol.

——————————————————————————————————————————————————————————

source Editions FrancislefeBVre2020

Show Buttons
Hide Buttons