Les fluctuations des taux de prêt immobilier : pouvez-vous acheter ?

Le taux d’intérêt est un paramètre clé dans le cadre de l’obtention d’un prêt immobilier. D’ailleurs, c’est le premier indicateur qui attire l’attention des emprunteurs. Il faut cependant savoir que ce taux fluctue en fonction de multiples facteurs qu’il convient de prendre en compte.

Fluctuations des taux de prêt immobilier : explications

Un établissement de crédit fixe un taux d’intérêt immobilier en tenant compte du risque de non-remboursement de l’emprunteur, et d’autres facteurs externes. Il existe dès lors différents critères qui impactent les taux d’intérêt des crédits immobiliers.

A lire en complément : Comment estimer votre bien sur la côte d’Opale ?

Le profil d’emprunteur

Les personnes, ayant une épargne faible, étant en intérim ou en CDD ou disposant de faibles revenus, présentent un risque plus élevé. Si vous avez un apport considérable, un CDI et un salaire important, vous pourrez profiter d’un taux de crédit immobilier avantageux. Pour avoir une idée du taux de prêt, l’utilisation d’un simulateur de crédit vous sera d’une grande utilité.

La politique commerciale de la banque

Une banque peut offrir des taux d’intérêt bas afin d’attirer les emprunteurs. D’autre part, un établissement peut posséder une base de clients assez développée, au point de ne pas envisager la réduction de ses taux d’intérêt immobiliers. Dans tous les cas, les frais de fonctionnement ainsi que la marge souhaitée seront pris en considération. Pour précision, la politique commerciale peut changer régulièrement, parfois même d’un trimestre à l’autre.

A voir aussi : Comment trouver un bien immobilier à Orléans ?

comment expliquer les fluctuations des taux de prêt immobilier

Le lieu géographique du bien

Les taux de prêt immobilier varient en fonction des régions. Cette fluctuation est relative à la structure des réseaux bancaires et aux objectifs commerciaux qui dépendent de l’établissement de crédit en question. Ainsi, certains grands réseaux appliquent une politique tarifaire commune tandis que d’autres fixent des taux de façon indépendante.

La durée de remboursement

Le taux d’intérêt immobilier sera plus important si vous demandez un crédit sur une durée plus longue. Dans ce cas de figure, l’établissement de crédit se prive d’une partie de liquidités sur la durée (les intérêts perçus sont étalés dans le temps), et il y a un risque accru de défaut de remboursement. C’est donc ce qui explique la majoration du taux.

Les conditions du marché

Les taux de crédit immobilier sont également influencés par votre profil d’emprunteur, la nature de votre projet immobilier et les taux directeurs fixés par la Banque Centrale européenne (BCE). Ces derniers désignent le taux auquel les banques contractent des prêts auprès de la BCE pour obtenir des fonds. Le taux final proposé aux emprunteurs augmentera à mesure que le taux directeur est plus élevé. Enfin, l’Euribor (Euro Interbank Offered Rate) et les OAT (obligations assimilables du Trésor) peuvent également avoir une influence sur le taux d’intérêt.

Établissez un budget pour déterminer le montant que vous pouvez vous permettre

Avant d’entamer la recherche de votre futur logement, il est important de déterminer le coût total du projet immobilier. Vous devez connaitre votre budget, votre capacité d’emprunt et votre apport personnel. Ces critères vous permettront de constituer un dossier solide et de négocier le meilleur taux pour votre crédit immobilier.

Votre apport personnel vous aidera à profiter des meilleures conditions pour votre crédit immobilier. Il s’agit du montant que vous avez à disposition dans votre compte courant ou vos livrets d’épargne. Il peut être issu de vos économies, d’un héritage, d’une donation ou encore de vos investissements à moyen ou long terme.

La capacité d’emprunt définit le montant que vous pouvez emprunter et ne doit pas excéder 33 % de vos revenus mensuels. Toutefois, ce taux n’est pas un chiffre officiel, mais plutôt une indication couramment utilisée par les banques.

Vous ne devez pas négliger votre échéance, qui est le montant maximal que vous pouvez rembourser. Pour l’estimer, il faudra étudier votre loyer actuel, votre historique budgétaire et vos économies. Prenez aussi en compte votre reste à vivre afin de ne pas vous retrouver en situation d’endettement pendant des années.

Recherchez différentes options de prêt et comparez les taux

Les contrats de crédit immobilier proposés par les banques peuvent comporter des options, dont le but est de vous faciliter le remboursement. Et ces dernières méritent toute votre attention !

La modulation de l’échéance

La modulation de l’échéance vous donne la possibilité d’ajuster le montant de l’échéance, à la hausse ou à la baisse, en fonction de votre situation financière. Ainsi, dans le cas d’une augmentation de vos revenus, il est possible d’augmenter le montant de vos mensualités afin de rembourser votre prêt immobilier plus rapidement. Si vous faites face à une baisse de revenus, vous pouvez prolonger la durée de remboursement.

Le report d’échéance

Le report d’échéance permet de suspendre temporairement le remboursement de votre prêt immobilier en cas de problèmes. Si vous disposez de ressources limitées, le report est une excellente solution pour vous alléger.

Dans le cadre de certaines situations temporaires particulières, le fait de reporter le remboursement permettra d’honorer vos engagements. Ainsi, il ne sera pas nécessaire de rembourser pour un bien que vous n’habitez plus. Le report des échéances entraine une modification de la durée du prêt immobilier.

Le remboursement anticipé total ou partiel

Le remboursement anticipé total désigne le fait de solder le prêt. Ici, des indemnités de remboursement seront imposées, régies par la loi qui établit un barème clairement défini. Par ailleurs, il vous est possible de convenir d’une clause de remboursement anticipé total sans frais. Au-delà d’une durée définie, cette option est accessible auprès de certains établissements.

Si vous avez une épargne mobilisable, un remboursement anticipé partiel est envisageable. De ce fait, vous pourrez mensuellement réduire le montant de l’échéance ou bien la durée totale du crédit.

La transition d’un taux révisable à un taux fixe

Cette option vous permet de vous protéger en cas d’éventuelles hausses afin de contrôler votre budget immobilier. Toutefois, le taux fixe appliqué dans cette option sera différent de celui du taux révisable. L’établissement effectuera un nouveau calcul sur la base d’un indice de référence accru d’un pourcentage spécifié dans le contrat.

Le mixage/lissage

Cette alternative consiste à associer diverses options de prêt immobilier selon vos besoins. Vous pourrez dès lors combiner un taux fixe avec un révisable, diviser un prêt en deux phases de remboursement… La technique la plus courante est l’imbrication de deux crédits, l’un de courte durée et l’autre de longue durée. Dans cette structure, un processus de lissage est effectué pour alléger les charges des premières années quand votre financement inclut un ou plusieurs prêts de durées variables.

Tenez compte des coûts supplémentaires liés à l’accession à la propriété

Il existe de nombreux frais supplémentaires liés à l’accession à la propriété tels que les frais de dossier, de garantie, d’assurance, les intérêts, etc.

Les frais de dossier

Afin d’obtenir un prêt immobilier, vous présentez à la banque un dossier de demande, avec toutes les informations utiles. Sur cette base, l’établissement pourra définir si vous pouvez rembourser le crédit jusqu’à son terme. L’analyse de votre dossier est accompagnée d’une rémunération souvent estimée entre 500 et 1000 euros.

Les frais de garanties

Garantir votre crédit immobilier est une obligation. Cela permet de protéger l’établissement prêteur en cas d’éventuel défaut de paiement. Ainsi, de nombreuses options s’offrent à vous pour assurer votre crédit : l’hypothèque, le nantissement, le cautionnement

Les frais d’assurance

Il n’est pas obligatoire de souscrire une assurance emprunteur pour un crédit immobilier. Cependant, vous n’êtes pas sans savoir que les banques n’acceptent pas de prêter de l’argent sans assurance. L’assurance emprunteur constitue une protection pour l’emprunt et assure à la banque le remboursement du prêt en cas d’accident, d’invalidité, de maladie…

Les frais bancaires

Quand un établissement vous octroie un crédit immobilier, il est nécessaire d’y ouvrir un compte courant pour le prélèvement de mensualités. Or, l’ouverture de ce type de compte entraine des frais non négligeables qui s’ajoutent au coût total de votre prêt.

Les fluctuations des taux de prêt immobilier peuvent de ce fait avoir plusieurs origines. Nous vous conseillons de comparer les différentes offres de banques et de réaliser une simulation pour avoir un aperçu du montant total de votre crédit.