Comment financer un achat immobilier ?

C’est décidé, cette année vous franchissez le cap de l’achat d’un bien immobilier. Qu’il s’agisse de l’acquisition de votre future résidence principale ou d’un investissement locatif, peu importe : ce que vous souhaitez, c’est commencer à placer votre argent de façon sécurisée et à construire votre patrimoine. Et l’immobilier reste une bonne idée, car si de nombreux secteurs de l’économie ont été lourdement touchés par la crise sanitaire depuis deux ans, l’immobilier résiste et offre encore aux investisseurs des opérations à la rentabilité intéressante. Vous voilà donc fin prêt à parcourir les annonces en ligne pour trouver la maison ou l’appartement adapté à votre projet. Mais pas si vite ! Avant de vous lancer de façon active dans les visites, il est indispensable de définir votre budget et de réfléchir à la problématique du financement. Il existe différentes possibilités pour financer l’achat d’un bien immobilier. Et combiner ces différentes solutions s’avère être parfois la meilleure option.

L’apport personnel, la mise de départ pour votre projet

Qu’est-ce l’apport personnel ?

Il s’agit d’une certaine somme d’argent, qui correspond au montant que vous pouvez injecter dans votre projet sans avoir recours à l’emprunt. Cet apport peut avoir été constitué grâce à des solutions d’épargne sur un livret A, un Plan Épargne Logement, des donations au sein de votre famille, de placement ou une combinaison de plusieurs sources.

A lire aussi : Fonds immobiliers : qu'est-ce que le label ISR ?

Il a vocation à couvrir les frais liés à l’acquisition du bien immobilier, notamment les frais de notaire et la garantie. C’est pour cette raison que l’on estime que l’apport doit représenter au moins 10 % du montant de l’achat. Plus votre épargne est importante, plus vous aurez du crédit auprès de l’organisme bancaire. Cela vous permet de bénéficier de meilleures conditions de prêt. En effet, plus votre apport est important, plus bas sera votre taux. Cela signifie que votre capacité d’emprunt augmente.

Est-il possible d’acheter un bien immobilier sans apport ?

Se lancer dans l’achat d’un appartement ou d’une maison sans apport est un scénario extrêmement compliqué, mais pas impossible. La priorité numéro 1 dans ce type de situation est de tranquilliser la banque. Il vous faut convaincre l’organisme qu’il peut vous prêter de l’argent sans risques et que vous aurez la capacité de le rembourser chaque mois. Pour cela, une situation professionnelle stable, une gestion financière rassurante et un projet précis seront des critères incontournables. Vous pouvez également vous faire aider d’un professionnel du domaine pour monter un dossier sérieux qui aura plus de chances d’être accepté.

A lire aussi : Comment construire sa maison en Bretagne ?

Même si cela n’est pas indispensable, bénéficier d’un apport personnel est très largement encouragé lorsqu’on s’apprête à faire l’acquisition d’un bien et à demander un prêt immobilier. Faites donc le point sur votre épargne avant d’entamer les démarches.

Le prêt immobilier ou la solution la plus courante

Fonctionnement et avantages du prêt immobilier

En France, très peu d’investisseurs parviennent à financer la totalité d’un projet immobilier, qu’il soit locatif ou non. La plupart d’entre eux ne comptent pas seulement sur leur apport personnel, mais optent pour la solution du prêt à la banque. L’établissement vous prête une certaine somme, qui servira à acheter un bien. En échange, vous vous engagez à lui verser des mensualités sur le long terme (souvent 20 à 25 ans) jusqu’au remboursement total du prêt. Ces mensualités sont composées de l’amortissement de la somme empruntée, du montant des intérêts déterminé en fonction du taux d’intérêt et du paiement de votre assurance emprunteur si elle a été souscrite auprès de votre banque. C’est pourquoi il est essentiel de négocier des bonnes conditions d’emprunt.

Opter pour un crédit immobilier est un engagement de longue durée, qui peut parfois effrayer les primo-accédants. Mais n’oubliez pas que le prêt est destiné à accroître votre capacité d’investissement et va donc vous aider à obtenir la maison ou l’appartement de vos rêves. Dans le cadre d’un investissement locatif, vous pouvez même l’utiliser pour créer un effet de levier. Ce principe financier vous permet de booster votre rentabilité, à condition que votre endettement ne vous coûte pas plus cher que ce qu’il vous rapporte. Dans la mesure où votre futur locataire vous versera un montant chaque mois, vous pourrez commencer à vous constituer un patrimoine à faible coût.

Faites jouer la concurrence pour obtenir le meilleur taux

Vous l’aurez compris, le paiement d’un prêt immobilier s’effectue sur une très longue période de temps. D’où l’important de bien négocier les conditions de remboursement. Vous pouvez jouer sur le classique taux d’intérêt, sur la franchise de remboursement, sur les frais de remboursement anticipé, mais également sur le coût de l’assurance emprunteur. Pour cette dernière, notez que vous n’êtes pas obligé de souscrire à un contrat dans votre banque : tout au long du prêt, vous avez la possibilité de changer d’assurance emprunteur durant l’année qui suit la signature du contrat ou à chaque date d’anniversaire de ce dernier. À vous de voir ! N’hésitez pas à faire appel à un courtier pour comparer les meilleures offres disponibles sur le marché et adaptées à votre profil.

S’intéresser aux aides de l’État et aux prêts aidés

Plusieurs dispositifs peuvent vous aider à financer votre projet immobilier. Parmi les plus connus, on distingue :

  • Prêt Épargne Logement (PEL) : il s’agit d’un compte bancaire sur lequel vous épargnez pendant plusieurs années (jusqu’à 15 ans). Vous accédez ensuite à un Prêt Épargne Logement, c’est-à-dire d’un prêt à taux préférentiel en vue de l’achat, la construction d’un bien immobilier ou des travaux.
  • Le prêt d’Accession Sociale (PAS) : il est accordé aux familles aux revenus modestes pour effectuer des travaux, construire ou acheter un logement. Plusieurs conditions entrent en compte pour obtenir ce prêt à taux avantageux : revenus, zone géographique, nombre de personnes destinées à occuper le logement…
  • Le prêt à Taux Zéro (PTZ) : accessible pour les primo-accédants, le prêt à Taux Zéro permet de bénéficier d’un crédit remboursable sans intérêt. Logement neuf ou ancien, il peut financer jusqu’à 40 % du projet immobilier.
  • Renseignez-vous également sur le Prêt fonctionnaire, le Prêt Locatif Social, le Prêt Action Logement ou encore le Prêt Conventionné (PC) : votre profil investisseur répond peut-être aux différentes conditions !